BD

Perdue dans ses pensées, elle tentait de définir si elle cèderait à la tentation de la fin heureuse ou pas. Dans cette histoire à deux personnages, Elle, était une nomade qui n’aimait rien tant que partir à l’autre bout du monde ; Lui était un pirate informatique, qui après avoir pénétré l’ordinateur de sa voisine si souvent absente, tombait éperdument amoureux de sa victime et lui envoyait tous les jours des messages bourrés d’émoticônes cœur ! Elle ne parvenait vraiment pas à décider si elle les réunissait ou pas.
Il lui fallait pourtant redescendre de son nuage rapidement si elle voulait que toutes les planches soient terminées pour le 25 mars !
Mais elle aimait tant rêver, se projeter dans la vie de ses avatars, leur inventer des aventures rocambolesques et tendres !
Elle avait paré ses personnages de traits sympathiques tour à tour boudeurs, rêveurs ou hilares, et leurs yeux souvent timides, parfois fureteurs semblaient suivre chacun des mouvements de ses crayons.
Son avant-dernière création avait eu beaucoup de succès et cela avait poussé son éditeur à lui demander une nouvelle histoire dans un délai très court !

La suite de cette contribution est hors concours car le texte ne respecte pas les modalités de participation (article 3) et excède les 1000 caractères espaces compris.

Elle mettait toujours en scène des personnages sensibles et généreux. Tantôt c’était l’histoire d’une enfant réfugiée, sauvée d’un bidonville et hébergée par un couple de vieux paysans dont les enfants étaient partis à la ville D’autres fois, le sauvetage d’animaux maltraités ou abandonnés par des maîtres ingrats ; ou encore des seniors ayant transformé leur vaste propriété en résidence retraite pour des personnes abandonnées de tous…
Au fil de toutes ses BD on voyait s’installer l’affection entre des personnes que tout aurait dû séparer. C’était ce qu’elle aimait le plus dans son travail : pouvoir à travers ses bulles faire passer un message humaniste, mettre de l’amitié, de la bonté dans un quotidien si souvent dévasté.
Son éditeur la harcelait et il fallait vraiment qu’elle se remette à sa planche avec plus de rigueur ! Ah, vraiment… ce n’était pas tous les jours facile d’être créatrice de BD !

Par la médiathèque Marcel Pagnol
A Aubagne