Tous les articles par ADMIN_SHM_ML

Ambiance de Carnaval

En ce dimanche de cavalcade,
le petit groupe se fait nomade.
En costumes simples ou d’avatar,
il cherche à faire des canulars.
Les créations improvisées

donnent un spectacle coloré.
Parmi tous ces beaux travestis
chacun recherche son favori.
Un photographe un peu fureteur
pointe son objectif vadrouilleur
et cherchera à héberger
sur son blog, plus de cent clichés.


Voulant éviter les pirates,
il va de ce pas en toute hâte
stocker dans un nuage ses prises,
avec une gestion bien précise.
Ainsi les fans d’émoticônes,
suspendus à leurs téléphones,
ne pourront pas télésnober
les belles photos du défilé.

Par Siliko

Le Nuage

Un voleur d’âmes engloutissait le monde. Ne subsistaient que de pauvres hères qui, avant de glisser dans le néant, apercevaient des bribes de leur vie à travers le nuage qui avait tout pris : la lumière, les rêves, la joie de vivre.

On l’appelait « le Nuage », ce pirate qui avait avalé la poésie, et le désir…

Les états en plein chaos avaient retrouvé une solidarité de circonstance pour combattre l’ennemi, sans succès. On hurla au canular voyant qu’il recrachait les humains comme de vulgaires noyaux de cerises. « Le Nuage » nous télésnobait ! Dans le ciel, ne subsistaient que de dérisoires émoticônes.

Un homme se leva alors et harangua la foule armé de ses ultimes convictions.

Bientôt, les plus révoltés, les plus courageux secouèrent les résignés, bousculèrent les pessimistes, et on se remit à espérer …

« Le Nuage », avatar de l’avidité, de l’égoïsme, de la lâcheté se disloqua peu à peu.

Alors, un rire énorme s’éleva. Il s’est apaisé aujourd’hui mais il couve comme le feu…

Par association Ad Raden – bibliothèque de Mespaul & atelier d’écriture « drôles d’oiseaux à une plume »
Nelly

La vie par les mots

C’est un univers plein de canulars chargés de mystification,
de fausses informations, me plongeant dans l’incertitude.

« Émoticône » que ce mot est vilain, je suis émue par
l’hypocrisie exprimée pour la tendresse, les émotions.

Pour m’évader, je suis une nomade errant sur les route
au gré du temps.

Je suis dans les nuages, j’éprouve de la joie, détachée
du monde qui m’entoure.

Attristée, je me réfugie chez mon amie qui m’héberge
sous son toit.

Notre existence connaît des avatars divers, des malheurs.

J’aime fureter des infos, des conseils sur Internet ou bien
dans les livres.

Passe-temps favori, la lecture, auteurs préférés, ceux qui
parlent de pirates. Je ne parle pas des pirates « tristes individus » qui,
sans scrupule, font le malheur d’innocentes victimes.

Je suis télesnobée par tous ces téléphones, fixes ou portables, ils envahissent mon espace et perturbent le monde, le fléau de l’humanité.

Je suis fière que notre langue « le Français » participe à cette immense ronde.

Par association Ad Raden – bibliothèque de Mespaul & atelier d’écriture « drôles d’oiseaux à une plume »
Ginette

Stockage

Tu peux juste héberger tes amis dans un nuage d’icloud
Les photos qui, tu as compris,
Sont prises pour toi aussi
Ce sont pour les autres télésnobs comme toi
C’est l’avatar qui rend ton cœur malade
L’amour c’est structuré en pixels
Tout ce que tu peux faire c’est d’envoyer un émoticône
Pour montrer à ta petite amie que tu l’aimes
C’est un canular pour elle
Que tu as déjà donné un « j’aime »
À une autre fille
Je peux lire en toi comme dans un livre
Et un fureteur a maintenant tout ce que tu as perdu
Comme un imbécile
La popularité c’est pas tout
Tu es un nomade sur Facebook
À la recherche d’un nouvel amour
Tu veux reconstruire ta vie
Mais c’est pas tout
Parce que tu as oublié la réalité
Tu ne peux pas ajouter aux favoris
Les souvenirs avec les amis
Tu es un pirate des sentiments
Avec ceux qui sont toujours là pour toi
Mais c’est fini
On a perdu la connexion
Tu es détruit.

Par Andrada-Maria Petre (16 ans)

Fin de partie

Un message apparaît en bas de l’écran : « Viens manger ! », puis un émoticône qui fait un clin d’œil. J’en renverrai bien un qui tire la langue mais elle n’aimerait pas. Déjà que hier, je l’ai télésnobé et j’ai eu droit à une belle leçon de savoir-vivre accompagnée des menaces habituelles : je bloque ton fureteur, j’efface tes favoris, je pirate ton compte facebook et j’en passe les meilleures. Depuis qu’elle a un téléphone nomade, elle me harcèle partout où elle est. Je réponds poliment « s’il te plait, laisse moi cinq minutes pour sauvegarder la partie sur mon nuage !». Et voilà, je suis encore obligé de me faire perdre une vie pour aller manger et dire que la partie est finie ! Si le petit humain qui m’a pris comme avatar savait que c’est pour aller manger, la honte ! Il penserait à un canular ! Deuxième message : « c’est pour aujourd’hui ou pour demain MARIO ! ».

Par MF

Haïkus d’émoticône…

L’éther au nuage
L’infini pour seul rivage
L’homme foule l’au-delà
Halo à la lune
Comme un étrange avatar
L’or naît à la brune
A l’onde nomade
Cent sillages de vagues vagues
La Terre seule pour rade
Vénus s’étoile d’or
Le ciel en mélange se pose
Ray pirate au port…
Aux jeux du hasard
Morphée-roi lance ses dés
L’As en favori
Doux songes d’étoile
Le ciel en émoticônes
Mille masques pour une voûte
Aux berges de l’aube
Râ s’ouvre aux rêves d’hier
Nue d’intemporel
A l’auberge d’O
Sélène héberge six reines
L’ombre des sirènes…
A nos corps nomades
L’amour joue et perd, marron
Bois flotté sans rade
Tendre elfe insoumis
Hébergerait Troll en fleur
Rue des infinis…

Par Jacqueline Wautier

Nomade

Piège d’infini…
T’aimer aux tangentes des sites nomades,
Étrange avatar épris de pixels –
Comme une onde fantôme
Aux écrans polychromes.
Si Fa Si La :
T’aimer aux maillages d’une terre sans rade,
Petit elfe tout étourdi d’irréel –
Comme cette ronde invincible
Aux vagues irrépressibles.
Si La Mi La :
T’aimer à port-joie, voilier sans amarre,
Poursuite au dédale d’arcanes sans topique –
Comme l’aronde bohème
Au printemps des ‘Je t’aime’.
Mi Mi Ré La :
T’aimer et tout sauver au nuage d’éther,
Pirate infiltré dans mes songes de chair –
Comme un ‘Like’ réappris
Aux plis des favoris.
Do Do Mi la :
T’aimer à Je Nous, forum de hasard,
Pour suite, l’éternité en double clic –
Mille soupirs virtuels
Aux désirs trop réels.
Si Fa Si La :
T’aimer à cœur ouvert, quand tout est ‘On’,
Cent songes en fleur au sang blanc du carbone –
Les amants de Vérone
Comme seul émoticône
Flou paradis…

Par Jacqueline Wautier