Le printemps arrivait

Ohé! Ohé! L’écho des montagnes nous renvoyait notre voix, multipliée par vingt. Que c’était truculent pour nous, de volubiles enfants, d’aller par monts et par vaux, de sillonner rochers et vallées pour s’entendre susurrer le doux filet d’un cours d’eau. Les marmottes, ayant passé l’hiver au chaud, pointaient maintenant le bout du nez et après des semaines sans jactances avaient tant de choses à se raconter qu’on entendait qu’elles, tellement elles avaient de bagou. Elles n’arrêtaient plus de placoter et ceci et cela, de vraies commères. Soudain, l’une d’elle, de son accent chantant, dit aux autres : « Venez vite dans ma tanière, il me reste des cerises griottes que je n’ai point mangé pendant l’hiver. On va se régaler!

Par la bibliothèque de Mespaul, l’association Ad Raden
et l’atelier d’écriture « drôles d’oiseaux à une plume »
Bruno
Share