Princesse

Princesse, tu es le nuage qui adoucit mes mots en verre de Crystal.
Tu enrichis mon cœur nomade avec la délicatesse de ta voix
Toi qui es dominée par ce pirate aux milles aventures
Ton sourire est le remède pour réparer le passé qui me hante
Cette manivelle qui tourne dans le silence bruyant de l’enfer
Je me cache derrière cet avatar et te regarde à longueur de journée
Le bandit essaie de voler cette amitié qui fait grandir notre amour
Il t’héberge sur son bateau rempli d’objets riches et brillants
Ce fureteur de trésors est un monstre semblable à une fureur
Tu deviens Trobairitz quand je fais mon air de Troubadour
Ce voleur te télé snobe pour m’arracher de tes jolis bras
Tu es la créatrice de la concupiscence et je te porte de mon admiration
Malgré tout, tu me fais un canular, la flamme du désir se perd
L’émoticône sur mon visage se transforme en triste désarroi
Le diable t’a emportée, tu seras supplice de ton bonheur d’antan
Tu m’as laissé seul et je m’en vais larguer les amarres voir ma favorite.

Par association Ad Raden – bibliothèque de Mespaul & atelier d’écriture « drôles d’oiseaux à une plume »
 Dylan