Cette fois loin de toi

Cette fois j’ai juré
De ne plus te créer
Dans mes rêves de nuit,
Dans mes pensées
À chaque fois que je touche mon miroir, je te vois ..
Je vois ton visage .. ton sourire qui m’amène à pleurer ..
Ohé ! J’entends ta voix
Me susurrer tes belles paroles
Avec ton accent lourd
Mille mers bruyantes, entre moi et toi ..
Tes sourires truculents
Comme un reflet
Brille et disparait ..
Tu disparais
Ma jactance se dissipe,
Mon bagou est masqué
J’essaye de dessiner ton ombre, ta lumière déguisée ..
Avec laquelle je placote
Et je suis très volubile
Cette fois j’ai promis
D’avoir un rêve normal, vide de toi, de ton griot ..
Mais j’ai vu tes oiseaux chanter .. ma chanson préférée ..
J’ai vu ton âme, tes regards qui disaient  » bonjour  » à mes fleurs noires ..

Par Abu Iyada
Share

Nager en respirant

Chaque nuit, avant de dormir
Je voyage, je voyage sans partir
Ce sont des sons que j’inspire
Des paroles douces que je respire
Ou des fous furieux qui tapent
Et leur colère qui m’attrape
Ils chantent, dansent et s’épatent,
Et leur colère, avec la mienne, s’échappe
Ils laissent alors place à des poètes
Qui avec leurs mots nous fouettent
Nous calment, ou nous mettent en fête
Qui avec leurs paroles, acceptent ou rejettent,
Puis viennent les rappeurs volubiles
Qui, dans leurs vers volatiles,
Tantôt déversent leur fureur, tantôt jubilent,
Les griots d’Afrique s’ensuivent
Racontant leurs histoires sur les rives.
La meilleure de toutes ces voix,
N’est ni la jactance des rois
Ni le bagou des sans foi,
C’est celle de cette fille qui lui susurre
« Je t’aime mon chéri, sois en sûr. »

Par Mouad Moutaoukil
Share

L’excellence

Un bon matin
Au moment opportun
Le jour éclos
La nature retrouve ses teintures
Les êtres distingués les uns des autres
Les oiseaux rares s’apprêtent à crier
Chantant de leurs rares mélodies
Résultats significatifs l’excellence,
Le grand jour de la francophonie.

Et sous les tropiques
Les griots des coins convergents étaient prêts
A métamorphoser sans arrêt
Les rimes de leurs œuvres
Qu’ils avaient œuvré sans bagouts
Ni ajout de manœuvres
Mais avec le gout de la vie.

Et les slameurs volubiles, sans silence éloquent
Venant de toutes les parallèles
Appelés à cette passerelle avec leurs voix intelligibles
Pour épeler tour à tour leurs interpellations
A la fraternité, à l’égalité, et à la démocratisation
Qu’ils vont déclamer sans susurrer.

Les musiciens dont les bouches heureuses
Sont prêts à mettre les accents
A leurs chansons exprimant
Nos manquements grâce à leurs talents
Dans ce prime culturel: le français
Facteur universel du développement
Ciment de nos relations acceptables universellement.

Les artistes de chacun des quatre points de la grande bleue
S’assemblent de leurs controverses nationales
Exprimant notre ressemblance
Raison de notre fraternelle existence.

Tous les chapeaux au français !
Origine de droits fondamentaux de l’être
La lutte de la liberté
Le soleil dans les ténèbres mondains
Le soutien de faibles gouvernances
Le balai de démagogie
Le stimulant de l’indépendance
Objet de changement de tigres en apollons,
Anciens amateurs du mauvais maître
D’un désire féroce de nuire
Entrainant un océan de victimes.

Voici le moment approprié
De profiter sans jactance
Les fruits frais de cette truculence
Crions ohé à l’hexagone
De sa lumière qu’ il a reflété à nos Élysées
Par cette excellence francophone
Objet de nos cérémonies.

Par Jean-Bosco NGERAGEZE
Share

Du 02 octobre 2017 au 26 mars 2018

Share
Share
Scroll Up