Tous les articles par ADMIN_SHM_ML

Fatiha

J’étais en cours de français quand j’interpellai ma voisine et amie Fatiha.
-​ Ohé​ Fatiha, murmurai-je.
Elle détourna la tête des explications de Mme Pourdi.
-Quoi ? me répondit-elle sèchement.
Je me rapprochais pour lui ​ susurrer​ :
-On ​ placote ​ ?
-Non, me répondit-elle d’une voix agacée.
Fatiha était studieuse, elle n’était pas du genre à tomber dans la ​ jactance​.
Tout le contraire de moi, j’étais ​volubile, truculent​ et j’avais du ​ bagou​.
– On parlera après le cours dit-elle d’une ​ voix​ plus douce.
– Comme tu veux soupirais-je.
Au fond, j’avais des sentiments pour elle et je me demandais si c’était
réciproque. En tout cas, c’était mon amie et je m’étais promis de lui rester fidèle.
Après le cours de français, je discutais avec Fatiha.
– Enfin les cours sont finis !
– Tu n’aimes vraiment pas ça ! me répondit-elle en souriant jusqu’aux oreilles.
On parla ensuite sur le fait qu’elle voulait devenir une ​ griotte​.
– J’aime vraiment nos traditions musicales et orales.
– En tout cas, en classe c’est autre chose !
Nous éclatâmes de rire. C’était le moment où j’arrivais chez moi, Fatiha habitait deux rues plus loin. Elle partit en souriant. Elle me répondit avec l’​accent​ du rire.
– A demain !
– A demain !
Et c’est ainsi que cette journée s’acheva et le soleil se coucha dans un
orange feu éblouissant. Il ressemblait à Fatiha, aussi beau que sa chevelure couleur châtain et son visage chocolat. Maintenant c’était sûr : je l’aimais.

Par Pierre Colmont (12 ans)
Share

La Jactance de Fatiha

Je ne comprends pas… J’ai pourtant bien mis l’accent sur le fait que tu dois envoyer ta demande d’inscription dans les délais. Mon bagou n’aura servi à rien, tu as raté le coach ! J’ai d’ailleurs tellement placoté que pour un peu, on m’aurait pris pour le griot du village !

Tu as ignoré mes consignes et considéré mes paroles comme une simple jactance !

Ohé du bateau ! Tu m’écoutes quand je te parle ? Qu’est-ce que tu as à me regarder avec tes airs truculents ? Ah, tu n’aimes pas ce que je dis ? Eh bien, moi aussi, je n’apprécie pas qu’avec ta voix susurrante, tu distilles des volubiles paroles sur mon compte à tour de bras !!

Par Fatiha Nakhli
Share

DIX MOTS DE SOUFIANE

Avec une voix susurrante, elle a déballé sa jactance truculente à son ami dont l’aspect contrastait avec son accent haut perché. Et sa tendance à placoter sur autrui en captant l’attention de tous comme un griot du village sur une grande place. « Ohé ! Tu m’écoutes quand je te parle ? », lui lança-t-elle. « Voyez-vous ça ! Je me tape bien ton bagou volubile quand c’est toi qui t’y mets ! », renchérit-elle.

Par Soufiane Yacoubi
Share