Pépé la Jactance (d’après Pierre Perret)

Quand Pépé la jactance, avec l’accent de Ménilmuche, nous causait de la vieille France en susurrant des grivoiseries pas piquées des hannetons, nous tous on en bavait!

Et quand il pétait la forme, il avait un bagou de tous les diables, il devenait volubile, il interpellait le vioque qui passait :

Ohé, mec, si t’es pas sourdingue, viens zyeuter par ici, on va placoter un peu tous les deux. Aller, fais pas le mariole.

Sa voix montait, crescendo, mais le ton qu’elle prenait foutait le tracsir au pèlerin qui décarrait fissa en loucedé!

– Peuh, maugréait Pépé, ce locdu c’est un charlot!

Il haussait les épaules, il semblait, tout à coup, complètement schlass.

Sa déprime ne durait pas longtemps et, d’un petit coup, il déculottait quand même ses souvenirs, de quand il était mac. Et il en rajoutait une couche. Ses histoires étaient truculentes, à se bidonner.

Je vous le dis, Pépé, ça n’était pas un « foie jaune », c’était un poète, un vrai griot à Aubervilliers.

Par la bibliothèque de Mespaul, l’association Ad Raden
et l’atelier d’écriture « drôles d’oiseaux à une plume »
Serge
Share