Fatou

Fatou était une petite fille africaine qui vivait dans un petit village pauvre. Fatou avait un gros défaut, elle ne savait pas comment s’exprimer : que devait-elle dire ? Pourquoi elle ne trouvait jamais le bon mot pour commencer une phrase ? Lequel ? Ses parents inquiets
commençaient à en avoir marre que leur fille ne sache que faire retentir de sa bouche des « ohé » ou des « ého » pourtant les enfants de son âge étaient toujours en pleine jactance, tous les amis de ses parents leur conseillaient des griots du marché, mais les
parents de Fatou disaient toujours :
« -Hors de question ! Tous les griots et griottes ne savent que raconter des bagouts aux gens jusqu’à qu’ils en sortent leur porte- monnaie. »
Mais un jour, un griot arriva au village il commença par se présenter :
« -Bonjour hommes, femmes et enfants du village, mon nom est Jim et je suis un griot!
Voulez vous que je vous raconte l’histoire de nos ancêtres ?
Mais une dame lui coupa la parole.
« -Cela ne nous intéresse pas surtout tes bagouts.
Le griot lui dit :
-Quelque chose me dit que vous aimez les choses gratuites !
Tout le monde commençaient à se susurrer des choses, il y en a qui disaient :
– C’est peut être un voyant ?
Et tout le monde se décida enfin :
-D’accord Jim !
Et il commença :
-Il était une fois…
Fatou trouvait cet homme volubile et un peu truculent, à la fin le griot dit :
-Je fais des cours pour mieux transmettre mon savoir.
Fatou courut chez elle et écrit sur le sable :
JE VEUX FAIRE DES COURS POUR DEVENIR GRIOTTE !
Ses parents choqués dirent : « NON !!! »
Mais Fatou maline écrivit :
C’EST GRATUIT !
Le soir, les parents de Fatou se demandaient si c’était une bonne idée :
-Alors on l’inscrit ou non ?
-Bah…il pourrait lui apprendre à parler…non ?
-D’accord à condition quelle nous aide à la maison.
Le lendemain Fatou se dirigeait vers la case de Jim.
-Alors , c’est toi la petite fille sans voix.
Fatou hocha la tête ;
-Je vais d’abord te donner quelques accents.
Le premier était aigu les autres graves. Ensuite Jim se dirigea vers le potager et cueillit une rose.
-Qu’ est ce que je viens de faire ?
-Cueil … ir … un e … ro…se.
-C’est bien tu progresses !
-Pour inventer une poésie, il faut que tu t’inspires d’action, tu comprends ?Allez essaye ?
-J’ai cueilli une rose, je l’ai sentie et je l’ai mise dans un vase en terre cuite.
-Très bien tu progresses et évite de placoter !
Fatou deviendra griotte et racontera cette histoire comme moi je vous la raconte.

FIN !

Par l’équipe « Les Guerriers des mots » du Havre
Mathilde
Share