Pendant les vacances, je me suis rendu à Marrakech…

Il fait très froid cet hiver de 2018, au Maroc. Pendant les vacances, je me suis rendu à Marrakech. A la place Jamaa el fna, la grande foule chauffait l’espace cet après-midi. J’ai pris place à la Halqua d’un griot célèbre pour ses contes merveilleux, venus des profondeurs africaines. Sa voix douce fascinait et transportait vers de lointaines contrés. Cet univers magique n’était interrompu que par le bagou des marchands ambulants qui offraient leur camelote aux touristes. Grâce à leur jactance, ils essayaient de faire passer leurs pièces en fer blanc, pour des bijoux d’argent massif.

« Ohé ! mes frères, s’adresse l’un d’eux à un groupe de touristes canadiens, venez admirer mes bijoux. Ils ne sont pas chers.

Je n’ai pas le temps de placoter avec ce type-là, fait remarquer un touriste à ses compagnons, ces gens-là sont très forts, ajoute-il dans un accent canadien.

Il faut faire attention aux pick pocket, susurre un troisième à l’oreille de son ami».

Mais très vite, le conteur de la Halqua, reprit l’attention de son public dans un langage truculent le transportant dans la jungle africaine, sans être perturbé par le vendeur volubile les tentatives de vendre sa marchandise aux groupes de touristes.

Par la classe 1AC
École AL FASSIHE
Younès E.

Share