Josépha

Josépha, tout le monde la connaissait au village. Son accent si particulier : elle roulait les « r ». Une voix imposante : certains susurraient que ce n’était pas une « vraie » femme. On ne se privait pas de placoter sur son compte, mais moi je l’aimais bien Josépha, elle m’interpellait : « ohé ! gamin, tu viens goûter à ma tarte à la griotte ». Timidement j’observais cet être au langage truculent, au bagou si drôle, que je manquais de m’étouffer avec les noyaux. Le temps a passé, Josépha n’est plus de ce monde. De retour au village, j’entends l’écho de sa jactance à la voix rauque. Je n’ai jamais oublié cet être volubile, si particulier, mais tellement attachant.

Par la bibliothèque de Mespaul, l’association Ad Raden
et l’atelier d’écriture « drôles d’oiseaux à une plume »
Martine
Share