Une romancière dans les nuages

Il était une fois une Déesse. Elle avait les cheveux roux et de très longs cils noirs. Elle était de taille moyenne et aimait porter des vêtements colorés. Ce jour-là, elle avait choisi sa robe favorite et ses bottes de pirate en cuir. La Déesse avait le cœur d’une romancière et elle aimait les fins heureuses.  Simone avait 27 ans. Toute sa vie était dédiée à son succès professionnel. Elle était diplômée avec mention de l’Université de la Sorbonne et depuis lors elle avait travaillé comme une malade. Elle ne croyait pas en l’amour. Elle pensait que c’était trivial et inutile. Elle était sûre qu’elle trouverait son bonheur dans son travail.  Lucie était mère célibataire. Elle avait un fils de 5 ans. En 25 ans de vie, elle n’avait pas fait beaucoup si ce n’est élever son enfant qu’elle aimait plus que tout. Même si elle n’avait pas eu beaucoup de chance en amour, elle y croyait pourtant aveuglement. Elle attendait le jour où quelqu’un arrive et la rende heureuse de nouveau.  Le travail de la Déesse était de contrôler et diriger la vie de tous les gens du monde. Elle décidait quand ils se levaient, ce qu’ils mangeaient pour le petit-déjeuner, ce qu’ils portaient et toutes les autres choses qu’ils faisaient pendant leurs journées. Mais de temps en temps son travail était un peu ennuyeux et elle voulait du changement. Quand elle se sentait ainsi, elle avait le désir de faire des canulars ridicules. Une fois, à un homme sérieux, elle le fit sortir de sa maison habillé comme une poule.


La suite de cette contribution est hors concours car le texte ne respecte pas les modalités de participation (article 3) et excède les 1000 caractères espaces compris.

Une autre fois, tout le monde sautilla au lieu de marcher et personne ne sut pourquoi.  Un jour, alors qu’elle s’ennuyait de nouveau, elle aperçu Simone qui lui semblait très désespérée. Elle décida que cela devait changer et elle se souvint de Lucie, une incurable romancière. Une idée magnifique lui traversa l’esprit : elles étaient faites l’une pour l’autre.
Le même soir, elle les envoya dans le même supermarché. Le plan était parfait ! Mais elle oublia un petit problème : les goûts des deux femmes étaient aussi différents que le jour et la nuit – elles ne se rencontrèrent pas, ni parmi les rayons ni dans la queue de la caisse. Mais notre gentille Déesse garda espoir. Le jour suivant, elle réessaya. Cette fois ci, elle ne laissa aucune place à l’erreur. Elle choisit une rue vide où les deux femmes devraient être les seules
personnes – Lucie était en train de chercher son fils à la maternelle et Simone devait participer à une réunion très importante. Malheureusement, au moment où la rencontre devait se passer,
Simone reçu un texto de sa collègue et semblait confuse par les émoticônes reçus. Lucie, elle, admirait les beaux balcons des vieilles maisons. Cette fois encore, elles ne se croisèrent pas.
La Déesse était déterminée. Elle décida que la troisième fois serait sans doute la bonne. La semaine suivante, Lucie devait rendre visite à son médecin et Simone était aussi à l’hôpital parce que sa collègue s’était retrouvée dans un accident grave. Par la simple volonté de la
Déesse, elles entrèrent dans le même ascenseur. La Déesse décida de couper le courant et pendant que les techniciens étaient en route, les deux femmes commencèrent à parler. Aujourd’hui un petit garçon de 7 ans les appelle toutes les deux „maman“. La vie de Simone a complètement changé grâce à Lucie. Elle partage son cœur avec Simone et depuis ce jour, l’amour est partout.

Par Kadi et Elisa, étudiantes à l’Université de Tartu

Share